Dîtes nous en plus sur vous.

  • Je suis un photographe amateur qui n’a d’yeux que pour la photographie qui exprime une idée, un message ou une invitation à la réflexion. J’aime bien aussi la photographie de rue car elle me permet d’être là pour apporter mon regard sur ce que vit l’humain dans la vie quotidienne. Je suis partagé entre la photographie qui exprime une idée et une photographie qui relate les choses sans que l’œil du photographe essaye d’y apporter ou de guider la personne qui regarde cette photo dans une seule et unique lecture.

Si vous pouviez vivre ailleurs, où bâtiriez vous votre maison de rêve ?

  • En tant que photographe je dirais le Maroc car de là découle toute la beauté de la photographie qui cherche la bonne lumière et les couleurs divers et variés. Le Maroc est pour moi l’éternel pays pour m’exprimer en tant que photographe. Je suis fasciné par les choses simples de la vie dans une médina, dans un village du fin fond du Maroc. Le Maroc  reste dans le corps et le cœur.

Avez-vous pris des cours de photographie ?

Non, la photographie je l’ai apprise sur internet et via des livres. On ne peut pas apprendre la photographie, c’est du domaine de l’artistique, donc chercher à apprendre la photographe c’est se dire que la photographie est rien que de la technique et ça, c’est faux. On n’apprend pas à regarder donc je ne vois pas comment on va apprendre à photographier. Si on est quelqu’un prédisposé à regarder, analyser et méditer les couleurs et les formes alors là on est en mesure d’apprendre la photographie.

 Depuis combien de temps êtes-vous photographe ?

Au tout début J’ai cherché à photographier l’insolite, j’ai jamais cherché à pratiquer et affiner le côté artistique car j’avais une focalisation sur le message plus que sur la technique et la beauté de la photo. Cela fait 3 ans que je pratique la photographie, plus au moins avec chance et la chance c’est ce qui compte le plus chez un photographe qui cherche à immortaliser la condition humaine.

Comment décrieriez-vous votre style de photographie ?

Comme je l’ai dit précédemment, je ne suis pas en mesure de dire que j’ai appris la photographie, je compte sur mon regard pour prendre des photos. J’ai des notions sur les grands courants de la photographie mais je ne suis pas en mesure de m’identifier à un style de photo. Je pense que je suis un amateur de la photo, un artiste dans l’âme peut être mais loin de moi l’idée de dire que je suis un photographe. Je suis quelqu’un qui témoigne, quelqu’un qui essaye de porter son regard sur tout ce qui fait le quotidien de l’homme marocain.

Avec quels types d’appareils prenez-vous des photos ?

Le matériel ce n’est pas très important. Pour un photographe de rue comme moi, rien ne peut remplacer le plus léger et le moins tape à l’œil. Il faut être discret et donc ne pas attirer l’œil de la personne-sujet et paraître comme un touriste curieux. Je travaille avec un Fuji film X10

Si vous aviez à choisir un seul objectif, lequel prendriez-vous ? et pourquoi ?

L’idéal ce sont les objectifs fixes. J’ai une grande préférence pour un 35mm avec une grande ouverture. Sinon un 50mm est idéal pour la photographie de rue et ainsi être le plus proche possible de ces sujets.

 Quelle est votre photo préférée ?

Il m’est impossible de répondre à cette question. Faut savoir aussi que la meilleure photographie d’un photographe est toujours absente de son esprit et que le photographe la recherche continuellement. La meilleure photographie, pour l’instant;  est donc celle qui reflète mon regard et pour tout vous dire je pense que c’est celle-ci :

Quel est le site web ou le blog, que vous visitez souvent ?

Le site que je visite le plus est celui de Eric Kim, c’est un street photographe américain qui partage ses connaissances et ses conseils avec ses lecteurs. 

Le blog http://erickimphotography.com/blog/ est l’idéal pour commencer et apprendre à combattre sa peur et son appréhension sur ce qu’est la photographie de rue.

Quel est le photographe qui vous inspire ?

Dans la photographie de rue beaucoup de photographes m’inspirent mais Henri Cartier Bresson est le plus notable à mes yeux. Ce photographe a une belle façon de juger l’instant décisif pour cliquer sur le déclencheur et ainsi prendre la photo. Cartier Bresson est aussi le photographe humaniste qui fait passer des messages dans ses clichés ; un artiste qui se basait sur la géométrie pour composer et prendre l’essentiel dans ses photographies.

J’ai appris le plus de …

J’ai appris beaucoup de choses du photographe de rue Thomas Lieuthard. C’est un grand psy de la photographie de rue, rien ne l’intimide ; dans la rue il règne comme un maitre sur l’espace et le temps et rien ne peut lui échapper. C’est quelqu’un qui n’a pas peur, qui ose prendre la photo qui l’inspire le plus et, en une fraction de seconde, il arrive à la mettre dans la boîte noire. Je veux donc son talent de chasseur.

Si vous aviez à prendre le déjeuner avec une célébrité, laquelle choisiriez vous ?

Oui, je veux bien prendre un déjeuner avec HCB, Willy Ronis, Edouard Boubat mais malheureusement ils sont tous morts. Comme il est obligatoire d’en choisir un vivant ce serait donc Eric Kim quoi qu’on se comprenne mal puisque je maîtrise mal l’anglais mais une chose est sûre ; on partage la même passion pour ce genre de photographie.

Selon vos amis, quels sont les cinq mots qui vous décrivent ?

Passion, photographie, condition humaine, instant décisif et partage.

Qu’aimeriez-vous faire les cinq prochaines années ?

Si dieu le veut, incha’Allah, je veux faire le tour photographique du Maroc. Passer de la grande ville au plus petit village marocain et rencontrer le plus de gens possible. Dans 5 ans tout peut arriver alors dans ce cas je préfère garder ma passion pour la photographie et pouvoir m’exprimer en utilisant la lumière pour raconter des histoires de ces femmes et hommes que l’on rencontre dans la rue sans y prêter attention.

Et enfin, si vous aviez un souhait…

Mon souhait serait que la photographie soit prise comme un art au Maroc et non pas seulement une façon de ridiculiser les gens et les photographier dans des situations désobligeantes. Qu’un jour on aura une école de photographie.

Liens utiles : 
Advertisements